Articles

Le lait

19 janvier 2016

Mon article s’inspire du livre « Lait, mensonges et propagande » de Thierry Souccar et d’autres de mes lectures.

 

Pour commencer quelques chiffres :

  • L’industrie laitière représente 20 % du chiffre d’affaire des industries agroalimentaires françaises
  • Elle est le premier annonceur publicitaire
  • Son chiffre d’affaire dépasse les 20 milliards d’euros
  • Un français consomme en moyenne 371kg de produits laitiers par an.

 

Comment se procurer une quantité de calcium suffisante ?

Réponse de l’Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) :

« En théorie, en privilégiant les aliments les plus riches de chaque catégorie, il serait possible d’augmenter la consommation de calcium, […] sardines, crustacés, amandes, légumes verts, eau minérale, […] En théorie on peut se passer des produits laitiers pour assurer des apports de calcium suffisants, mais en pratique cela se révèle difficile et risqué. »

C’est vrai qu’avant la révolution agroalimentaire et même il y a des centaines d’années, seigneurs, paysans ou bien encore chasseurs-cueilleurs prenaient chaque matin un Actimel, un Activia ou un yaourt Danone. Hors il à été démontré qu’aucun problème apparent d’ostéoporose était présent à l’époque d’après des analyses scientifiques.

Inutile de citer ici les différentes organisations travaillant avec les plus hautes autorités françaises, la liste est beaucoup trop longue et les lobbies nombreux… Voici un exemple :

M. « le responsable nutrition de la CERIN » (Centre de recherche et d’information nutritionnelles) qui est en partenariat avec le ministère de la Santé, de l’Emploi et de la direction générale de la santé public est également membre du Conseil Scientifique chez Danone.

Une des questions majeures que pose la consommation de produits laitiers est l’ostéoporose.

C’est la perte de densité osseuse, elle survient souvent en vieillissant. Toutes les études menées sur le sujet (après des années de recul), n’ont trouvé aucune association, ou une association très faible entre la consommation de calcium issus du lait et la masse osseuse.

« Croire que l’ostéoporose est due à un manque de calcium, c’est croire que les infections sont dues à un manque de pénicilline » Pr Mark Hegsted (professeur de nutrition Harvard)

Ce qui se passe dans notre organisme lorsque l’on consomme du calcium laitier :

Deux mécanismes entrent en jeu : l’action des ostéoblastes et des ostéoclastes. Les ostéoblastes sont les cellules qui forment l’os tandis que les ostéoclastes sont celles qui le dégradent.

L’action complémentaire des ostéoblastes et ostéoclastes permet de renouveler le tissu osseux de façon régulière tout au long de la vie (du moins si l’on n’épuise pas ce processus par une stimulation trop importante, j’y reviens).

Le remodelage osseux qui s’effectue débute par une phase de résorption osseuse (les ostéoclastes) suivie d’une formation osseuse visant à combler la cavité qui vient d’être formée (les ostéoblastes entrent en action).

C’est ce processus qui est à l’origine de :

  • La croissance osseuse ;
  • La consolidation des os en cas de fracture ;
  • Le maintien de la solidité osseuse.

Indépendamment de toute pathologie, à partir de 30 ans, l’os est davantage résorbé que formé, ce qui explique la perte osseuse progressive liée à l’âge. Lorsque le processus destructif est beaucoup plus important que celui de construction, l’os devient anormalement fragile et on aboutit à une ostéoporose.

La réponse ici : les produits laitiers sont acidifiants, pour tamponner l’acidité de l’organisme les ostéoclastes détruisent le tissu osseux (le carbonate de calcium des os se fixe sur les acides pour pouvoir les éliminer). Pour 1 unité de calcium laitier ingérée, 4 unités de calcium osseux sollicitées.  La production de cellules osseuses s’épuise plus rapidement et la reconstruction osseuse se fait de plus en plus faible.
Autre méfait des produits laitiers : inflammation des muqueuses ORL et intestinales.
Au-delà de la phase de croissance, la lactase (enzyme digestive) diminue, voir disparaît chez certains adultes. Il devient donc impossible de digérer le lait. Les bactéries de la flore intestinale absorbent le lactose et produisent des dechets toxiques dont les conséquences sont nombreuses : douleurs abdominales, diarrhées, constipations, nausées, maux de tête, troubles de la mémoire, douleurs articulaires, allergies (asthme, eczéma, sinusite, etc.), arythmie, ulcère, maux de gorge …
Le lait serait également à l’origine de nombreuses maladies comme les cancers, sclérose en plaques, diabète, troubles cardio-vasculaires.

Les alternatives au lait animal existent : laits végétaux (avoine, riz, amande, soja) , ainsi qu’un nombre important d’aliments : fruits, légumes, poissons.

Petit à petit c’est possible, alors vous commencez quand ?

Only registered users can comment.

  1. Après avoir déclenché une crise de douleurs articulaires j’ai laissé tomber produits laitiers (lait de vache) et gluten et si les douleurs ont seulement diminué au niveau articulaire, j’ai vu bien d’autres bénéfices comme décrit ci -dessus et un retour en arrière me serait impossible ! Je ne m’autorise que quelques écarts quand je ne suis pas chez moi surtout !

  2. Après avoir lu tout ça je vais donc diminuer ma consommation… Surtout que je prends, plusieurs fois par jour, the” cocktail : le café au lait… très intéressant en tout cas….

  3. Livre plus qu ‘interressant .
    Surtout la partie qui nous apprends que le pays d’Europe qui consomme le plus de lait et celui qui dénombre le plus de fractures…
    A lire absolument.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *